Itération / Réification | 2004-2010

Itération / Réification

Il semble que l’itération, à la fois dispositif et maïeutique, travaille à la déstabilisation de la représentation statique, et ainsi mime la mise en branle d’une cinétographie ; la récurrence induit une actualisation de la forme, et par le truchement du simulacre de l’animation, suggère une subjectivation affectée à cette forme. Cependant, cette mécanique de l’itération ne vise, explicitement, ni le quantitatif ni le qualitatif, et ce mode opératoire ne dit rien sur ce qu’il produit réellement : une dégradation, une perte, une transformation, une métaphorisation, une allusion, une réappropriation, un jeu avec ou sans enjeu, une énumération de motifs ou « un quelconque quelque chose ». Par ailleurs, l’itération évoque un rituel qui par l’expérience répétée d’une forme, vise étrangement un résultat non nécessaire, comme si ce développement se suffisait à lui-même, comme si l’objet du rituel était sa seule et propre perpétuation.

Il semble que l’image n’entre pas dans le monde, elle s’installe dans l’accumulation des choses ; réification, elle ne révèle rien, mais paradoxalement elle construit le mythe d’une ontologie ; pour ce faire, étrangement, elle se cherche un corps, une singularité, désespérément, et par la peinture, cet aplat de boues colorées, elle trouve le moyen de son subterfuge ; pas à pas, elle fabrique cette conviction censée créer un passage vers une transcendance… Qu’en est-il ? En peinture, tout est croyance, tout le reste est silence.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pocket
Partager sur telegram
Partager sur tumblr
Partager sur pinterest
Partager sur email